Politique et transcendance

Dans Condition de l’homme moderne[1], Hannah Arendt écrit que sans transcendance aucune action politique n’est possible:

“A défaut de cette transcendance qui les fait accéder à une immortalité terrestre virtuelle, aucune politique au sens strict, aucun monde commun, aucun domaine public ne sont possibles. Car, à la différence du bien commun tel que l’entendait le christianisme – le salut de l’âme, préoccupation commune de tous –, le monde commun est ce qui nous accueille à notre naissance, ce que nous laissons derrière nous en mourant. Il transcende notre vie aussi bien dans le passé que dans l’avenir; il était là avant nous, il survivra au bref Lire la suite « Politique et transcendance »

Le tirage au sort est démocratique

Note de lecture : David van Reybrouck, Contre les élections, Actes Sud, 2014

La thèse de ce livre est que le système des élections n’a jamais été démocratique, que les premières démocraties ont reposé sur un système mixte de tirage au sort et d’élections et non sur un système basé exclusivement sur des élections. Celui-ci correspond historiquement à des sociétés élitistes, aristocratiques ou oligarchiques. Il a été mis en place dans les temps modernes à l’occasion de révolutions, mais des révolutions républicaines, pas des révolutions démocratiques, et ne concernait au départ qu’une partie de la population avec le suffrage censitaire. Son extension progressive à une part de plus en plus importante de la population lui donne une apparence démocratique, mais étendre un système élitiste sur un ensemble plus large ne modifie pas le principe fondamental du système, il en cache les ressorts intimes. Et il arrive aujourd’hui à épuisement. Voilà une manière intéressante d’aborder le débat souvent confus entre démocratie représentative, participative, délibérative ou directe. Lire la suite « Le tirage au sort est démocratique »