Le projet de Notre Dame des Landes à la lumière de Laudato si’.

Plusieurs groupes chrétiens du diocèse de Nantes s’étaient exprimés sur le projet de NDDL en 2012. Depuis, l’encyclique Laudato si’ a été publiée, la COP 21 a eu lieu, et nous ressentons le besoin de nous exprimer de nouveau sur ce sujet. Le projet de développement de l’aéroport nous paraît totalement en contradiction avec les objectifs de la COP 21, aussi bien sur les réductions des émissions de gaz à effet de serre que sur le type d’utilisation des sols.

Notre lecture de l’encyclique Laudato si’, nous permet de dégager quelques Lire la suite « Le projet de Notre Dame des Landes à la lumière de Laudato si’. »

La création continuée… avancées théologiques

Une thèse en théologie peut-elle intéresser des militants écologistes chrétiens ? Cela dépend sans doute du sujet, mais celle de Fabien Revol sur « Le temps de la création » devrait les intéresser. A deux titres : la recherche d’une mise en cohérence des théories de l’évolution et de la théologie de la création facilite le dialogue entre science et religion. Lutter pour un monde meilleur suppose une espérance.

Voir l’article publié sur le site Église et Écologie.

A propos les assises chrétiennes de l’écologie de 2015

Nous étions plus de 1500 à participer fin août aux deuxièmes assises chrétiennes de l’écologie, à Saint-Etienne. Des jeunes en recherche et des militants aux cheveux grisonnants. Beaucoup de personnes engagées dans des actions locales comme en témoignent les 80 forums, souvent des partages d’expérience. Une conception ouverte, on dirait intégrale, de l’écologie avec des tables rondes sur la biodiversité, l’immigration, la Lire la suite « A propos les assises chrétiennes de l’écologie de 2015 »

Bartholomée, la vision écologique du patriarche orthodoxe.

Note de lecture : Bartholomée, Et Dieu vit que cela était bon, Éd. du Cerf 2015

La présentation de la vision écologique du patriarche orthodoxe.

La relation au fini et à l’infini : 

« La coexistence et la corrélation dans notre monde entre l’infini sans limite et la plus insignifiante des choses finies tissent une concélébration de joie et d’amour ».

Pour Bartholomée, l’infini c’est l’amour, et sur terre toutes choses sont finies. C’est parce que nous acceptons que les choses terrestres sont finies que nous pouvons accéder à Lire la suite « Bartholomée, la vision écologique du patriarche orthodoxe. »

Essai de lecture ignatienne de Laudato si

L’encyclique Laudato Si est riche et permet des lectures multiples. On peut en extraire les points les plus forts et qui ne laissent pas de doute sur la pensée du Pape, comme la responsabilité de l’homme dans le changement climatique. On peut à l’inverse privilégier les points de consensus, comme l’importance de la louange ou s’appuyer sur quelques passages plus balancés, comme le progrès technique. On peut enfin approfondir des passages plus complexes mais essentiels comme la place de l’homme dans la création. Dans tous les cas la lecture risque d’apparaître partisane ou partielle. Essayons donc une grille de lecture ignatienne.

Voir mon essai de commentaire sur le site des éditions Vie Chrétienne.

Sur Laudato Si’, le jour de sa parution

Ce qui suit est un point de vue subjectif et personnel, et rapide, le jour de sa sortie pour des interventions dans les médias, sur cette belle encyclique. des analyses plus structurées viendront plus tard. Je vais vous dire d’abord ce que je retiens, ce à quoi le Pape m’appelle, nous appelle.

Il m’appelle à ralentir, « ralentir la marche pour regarder la réalité d’une autre manière » (114). En effet comment voir ce qui change si je ne m’arrête pas, comment louer la Création si je n’ai pas le temps. Mais il demande aussi de « ralentir un rythme déterminé de Lire la suite « Sur Laudato Si’, le jour de sa parution »

Taille et proportion, un livre d’Olivier Rey

Olivier Rey, Une question de taille, Stock, 2014

Beaucoup d’ouvrages traitent de la question des limites, en oubliant souvent la question de la taille et de la proportion de ce qui pose la question des limites. Il fait aussi le lien entre la limite et ce qui la fonde, la transcendance, pas seulement l’épuisement des ressources.

La question de la taille

Le monde est non linéaire, c’est à dire qu’en changeant de taille les différents éléments d’un ensemble ne varient pas de la même façon, et qu’il s’ensuit un changement de physionomie. Les diplodocus, les girafes, sont beaucoup plus grands que les animaux de leur phylum d’origine mais les proportions entre les membres, le corps et la tête sont différentes. Les géants de nos contes ne pourraient pas exister, car un géant 10 fois plus Lire la suite « Taille et proportion, un livre d’Olivier Rey »

Politique et transcendance

Dans Condition de l’homme moderne[1], Hannah Arendt écrit que sans transcendance aucune action politique n’est possible:

“A défaut de cette transcendance qui les fait accéder à une immortalité terrestre virtuelle, aucune politique au sens strict, aucun monde commun, aucun domaine public ne sont possibles. Car, à la différence du bien commun tel que l’entendait le christianisme – le salut de l’âme, préoccupation commune de tous –, le monde commun est ce qui nous accueille à notre naissance, ce que nous laissons derrière nous en mourant. Il transcende notre vie aussi bien dans le passé que dans l’avenir; il était là avant nous, il survivra au bref Lire la suite « Politique et transcendance »

Menace de grève dans la noosphère !

L’Homme cherche et cherchera toujours à progresser. Le sens de l’évolution, qui correspond ici au progrès, c’est un accroissement de la complexité dans l’unité, donc de la conscience. L’Homme n’est prêt à continuer ses efforts s’il est assuré d’un résultat, et d’un résultat qui ne meurt pas. Sinon il fera grève dans le domaine qui est devenu dominant pour le progrès, celui de la pensée. Nous sommes à l’heure du choix, entre le progrès technique qui nous renferme sur nous-mêmes ou le progrès de la conscience convergeant vers un état supérieur de stabilité. Tout l’intérêt de Teilhard de Chardin est de situer ce choix non pas sur un plan moral, ni social ou économique, mais par rapport à l’histoire de l’évolution. Lire la suite « Menace de grève dans la noosphère ! »

Ce que les chrétiens ont à dire sur l’écologie

Reconnaître nos limites

Le fait religieux a été exclu du principe de légitimation du pouvoir pour être remplacé par le pouvoir du peuple à la fin du XVIIIe siècle. C’est le renversement de la relation pouvoir /société. On est passé du pouvoir cause de la société au pouvoir effet de la société. Marcel Gauchet a finement analysé ce renversement et la place prise par le libéralisme[1].

Ne sommes-nous pas dans une phase d’un nouveau renversement, en ce début du XXIe siècle, avec l’atteinte des limites de notre monde qui s’imposent au pouvoir des Hommes, à l’image de la transcendance dans l’ancien régime ? En effet le pouvoir issu du peuple est Lire la suite « Ce que les chrétiens ont à dire sur l’écologie »